Histoire du Cameroun, le règne du révisionnisme .

C’est désormais officiel. La célébration du « cinquantenaire de la Réunification du Cameroun » aura lieu le 20 Février prochain. C’est ce qui ressort d’un communiqué du cabinet civil de la présidence de la République rendu public hier au journal de 13h sur le poste National de la CRTV.

Le monument de la Réunification à Yaoundé, Cameroun. Crédit image: french.china.org.cn
Le monument de la Réunification à Yaoundé, Cameroun. Crédit image: french.china.org.cn

A peine le communiqué rendu public, comme d’habitude des pluies de remerciements sont déjà tombées pour saluer la « grandeur », la « bonté » de papi Paul Biya « pour tout ce qu’il fait ». Donc, il fait un tas de choses hein!!! Je ne savais pas. Il fait beaucoup de choses comme on le prétend et il prononce un discours comme celui du 31 Décembre dernier pour affirmer à tous ses thuriféraires, de manière officieuse, qu’il ne fait rien. En tout cas, là n’est pas le problème. Buéa a déjà refait sa toilette. S’il n’y avait pas d’électricité avant, désormais il y a des panneaux électriques, si la ville était sale, désormais elle est propre. Si l’eau avait déserté les robinets et les domiciles, désormais l’eau est de retour.

Des jeunes qui remercient le président Paul Biya. Crédit image:dania.mondoblog.org
Des jeunes qui remercient le président Paul Biya. Crédit image:dania.mondoblog.org

Pourquoi? Parce que papa Paul Biya arrive.

Pour faire quoi? Célébrer avec les Camerounais la Réunification des deux Cameroun.

Qui a eu lieu quand? Le 01er Octobre 1961 c’est-à-dire exactement 52 années 4 mois 2 semaines 6 jours. ça veut dire que le cinquantenaire de la « Réunification du Cameroun » sera célébré 2 années 4 mois 2 semaines 6 jours. Je me demande bien ce qu’ils partent célébrer là bas.

En tout cas, ils (les thuriféraires du Régime Biya) vous diront que ce que le « Roi Lion » fait est toujours bien. D’ailleurs Roger Betala, journaliste à la CRTV, a donné le ton ce matin en déclarant au journal de 06h sur le même poste national que « Le président de la République réconcilie le Cameroun, les Camerounais avec leur Histoire. » Vous voyez jusqu’où  peut aller la  bêtise. Un président de la République qui ne prononce jamais les noms des nationalistes camerounais réconcilie les Camerounais avec leur histoire, un président qui fait célébrer le cinquantenaire de la Réunification plus de deux ans après la date effective dudit cinquantenaire « réconcilie le Cameroun et les Camerounais avec leur histoire » hein! Je n’en savais pas.

Un folklore de plus sera célébré. Les Camerounais comme à l’accoutumée diront une fois de plus merci au papi pour ses bienfaits immenses. Mais c’est une célébration qui n’a pas de sens à notre avis. Elle rentre dans l’esprit révisionniste du régime en place qui a tout intérêt à effacer ce passé de la mémoire. Effacer par la mise à l’écart des nationalistes. On parle d’eux sans prononcer leurs noms.

Lors du dernier message adressé à la jeunesse le 11 Février 2014, le chef de l’Etat est allé dans ce sens lorsqu’à la fin de son discours, annonçant la célébration du cinquantenaire de la Réunification du Cameroun, il a parlé des nationalistes en utilisant, non pas leurs noms, mais les termes suivants: « ceux », « Beaucoup » et « ceux ». On pourrait se demander s’ils n’avaient pas de noms. Une telle mise sous anonymat est-elle gratuite? Est-elle le reflet d’un homme qui a, à cœur, de « réconcilier le Cameroun avec son histoire? »

Vivement que papi Paul Biya réussisse enfin à sortir le nom des nationalistes camerounais de sa bouche! Et même s’il le fait, ça n’enlèvera rien sur l’esprit révisionniste, le silence complice qui entoure le nom et la mémoire des héros nationalistes camerounais. Il s’agit, entre autres, des grandes figures comme Ruben Um Nyobe, Felix Roland Moumié, Ernest Ouandié, qui ont versé leur sang pour poser les fondements de notre nation.

The following two tabs change content below.
Ulrich Tadajeu
Ulrich Tadajeu Kenfack prépare une thèse de Doctorat en Histoire Politique à l'Université de Dschang, au Cameroun. Ses domaines de recherche portent sur les comportements politiques, les luttes nationalistes, la reconstruction politique après les épreuves de terreur, la communication politique et le web 2.0. Il est également Community Manager dans une institution universitaire d'enseignement et de recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *