Venez un peu au pays !

La diaspora camerounaise en compagnie du président Paul Biya. Crédit image: http://journal.rdpcpdm.cm/
La diaspora camerounaise en compagnie du président Paul Biya. Crédit image: http://journal.rdpcpdm.cm/

Depuis quelques temps, j’entends des Camerounais de la diaspora se plaindre et dire que les Camerounais ne parlent de leur pays qu’en mal. Ils passent le temps à dénigrer ce pays alors qu’il n’est pas si mauvais. Ainsi, en regardant des vidéos d’une jeune dame vivant aux Etats-Unis on a pu entendre un « ça suffit ! ». D’autres en France, aux Etats-Unis, bref en Occident estiment que si le Cameroun est ce qu’il est, c’est à cause de la France. Le comble est qu’ils disent qu’il faut se battre pour changer les choses, leur fond de commerce est ce discours, mais ils ne rentrent pas pour mener le combat et tourner le dos à cet Occident machiavélique. 

J’invite ces Camerounais au pays pour quelques mois afin qu’ils découvrent la réalité du pays. Déjà qu’ils ne pourront pas vivre pendant plus d’une semaine dans la mesure où il n’y aura pas d’électricité, pas d’eau. Tout ce qu’ils écouteront à la télévision tournera autour du président Biya, de sa beauté, de sa bonté, de sa toute-puissance. Bref, du griotisme. Tandis que les populations souffrent, les vassaux du chef central, papi président, n’auront de distractions que de célébrer leur « créateur ineffable ». Quand ils arriveront, ils seront surpris que pour une petite maladie, ils peuvent perdre la vie à cause d’un plateau technique sanitaire défaillant. Ils découvriront le Cameroun dans son quotidien et n’auront plus de voix pour dire que les Camerounais se plaignent trop. Ils constateront même qu’ils sont très patients. C’est pourquoi je les invite à tourner le dos à l’Occident dont ils disent qu’il est le bourreau éternel de l’Afrique et à découvrir le pays natal, à vivre les réalités quotidiennes sur un temps long.

C’est incompréhensible que des individus intelligents passent leur existence à dénoncer le néocolonialisme de l’Occident et dans le même temps, vivent en/de l’Occident. C’est même paradoxal! Venez chers compatriotes, venez combattre ici. Sinon, vous vous tromperez toujours sur l’origine du problème. Ce sont nos responsables qui ont pris en otage nos destins collectifs et nous rendent la vie difficile par manque de vision politique. Déplacer votre zone géographique vous aidera à déplacer votre grille de lecture. Venez au pays, même pour deux mois et vous comprendrez. Vous comprendrez que les Camerounais ne se plaignent pas de gaieté de cœur. C’est juste parce que les conditions de vie sont rudes. Et c’est cette rudesse qui a certainement motivé votre départ vers d’autres horizons.

Venez un peu au Cameroun et vous comprendrez !

The following two tabs change content below.
Ulrich Tadajeu
Ulrich Tadajeu Kenfack prépare une thèse de Doctorat en Histoire Politique à l'Université de Dschang, au Cameroun. Ses domaines de recherche portent sur les comportements politiques, les luttes nationalistes, la reconstruction politique après les épreuves de terreur, la communication politique et le web 2.0. Il est également Community Manager dans une institution universitaire d'enseignement et de recherche.

7 thoughts on “Venez un peu au pays !

  1. Hum s’ils viennent au Cameroun ils logerons dans des suite des hôtels parmi les plus chic du pays! là où il n’ y a pas de coupure d’électricité, pas de manque d’eau bref…. Ils vont rien comprendre!!!

  2. Je pense que les Camerounais de la Diaspora comprennent ton message cher Ulrich.Je me suis toujours interrogée sur cette petite rivalité entre ceux qui vivent sur le Continent et ceux de l’étranger.C’est en unissant vos efforts communs Camerounais d’içi et d’ailleurs que vous arriverez à développer le Cameroun d’aujourd’hui par des réalisations concrètes.

  3. Tu as tout totalement raison cher Ulrich. C’est facile d’envoyer des vidéos pour dire qu’on ne veut entendre dire du mal du Cameroun. Et sans faire un procès à ceux qui vont s’installer en Occident, c’est parce que le terrain national est souvent dur, très dur à vivre que certains compatriotes le quittent…Ton message passe à coup sûr !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *