Sauvegardons les traditions et la culture africaines!

Quand le village se réveille.
Quand le village se réveille.

Je viens de découvrir en profondeur le projet de Boukary Konate qui a pour nom « Quand le village se réveille ».   C’est le nom du projet futuriste de cet aîné malien qui a pour objectif de

Collecter et  diffuser les traditions et  la culture malienne des villages, à travers des textes, des images, des vidéos et des témoignages des sages, diffusées et préservées grâce aux Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication.

Ce projet permettra, conformément aux textes de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), de sauvegarder le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) à travers les  Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Dans l’article 1. Alinéa 1 de la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le  PCI est  présenté comme l’ensemble des

pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel.les les traditions africaines à travers l’outil numérique. Une bel usage des  pour conserver immatériel africain.

Il se manifeste, selon l’alinéa 2 du même article, dans plusieurs domaines notamment les traditions et expressions orales, y compris la langue ; les arts du spectacle ; les pratiques sociales, rituels et événements festifs ;  les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers et enfin les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

C’est cette culture malienne en voie de disparition  du monde moderne que Boukary Konaté veut conserver et diffuser via un blog et une application smartphone accessible à toutes les générations.

C’est un projet très important dans la mesure où, au lieu d’écouter la musique, de regarder les vidéos à l’aide de leurs smartphones, les jeunes pourront entrer en contact avec les sages africains à travers l’application et le blog qui seront mis en place. Ainsi, chaque point focal dans les différents villages choisis devra enregistrer les témoignages, récolter les images et les sons pour animer les plateformes (réseaux sociaux, applications et blog) du projet.

Cette action a une très grande signification pour l’Afrique. En effet, le continent noir est un continent de l’oralité. Ce qui veut dire que le savoir se transmet dans la plupart des cas de générations en générations et de bouches à oreilles. Le vieillard qui reste au village occupe ainsi une place très importante dans la mesure où il détient ce savoir et le transmet aux générations futures. Pourtant, les vieillards meurent chaque jour. Or, comme nous l’a appris un des aînés africains du XXème siècle, Amadou Hampâté Bâ, un vieillard qui meurt c’est une bibliothèque qui brûle.

Pour éviter que ces bibliothèques brûlent avec tout leur savoir, Boukary Konaté a lancé ce projet. Au delà de la préservation, il y’a un usage qui sera fait dans le futur par les historiens. En effet, ces fouilleurs du passé sont souvent confrontés à l’indisponibilité des sources orales suite au décès des détenteurs des traditions orales lorsqu’il s’agit du passé africain.

Alors, en les préservant de cette façon, notre compatriote Malien pose un acte de haute facture qui mérite d’être encouragée et étendue aux autres parties du continents africains. Car pour écrire l’Histoire de l’Afrique à partir du continent, il faut écouter la version africaine de l’histoire. Cette version est contenue dans ces traditions.

A travers ce texte, je vous invite à soutenir ce projet qui permettra de sauvegarder les traditions et la culture africaines.

NB: Ne lisez pas seulement l’article. Vous pouvez également contribuer financièrement à la réussite du projet en cliquant sur ce lien.

The following two tabs change content below.
Ulrich Tadajeu
Ulrich Tadajeu Kenfack prépare une thèse de Doctorat en Histoire Politique à l'Université de Dschang, au Cameroun. Ses domaines de recherche portent sur les comportements politiques, les luttes nationalistes, la reconstruction politique après les épreuves de terreur, la communication politique et le web 2.0. Il est également Community Manager dans une institution universitaire d'enseignement et de recherche.

3 thoughts on “Sauvegardons les traditions et la culture africaines!

  1. Magnifique idée.Que toutes les ames de bonne volonté se joignent au Mondoblogueur Boukary Konaté pour achever son projet en cours au Mali.Merçi Ulrich pour le partage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *