Ces choses que paul Biya ne fait plus

 

Avril 1984, Paul Biya décore les soldats à titre posthume. Crédit image: Ulrich Tadajeu prise dans Cameroon Tribune.
Avril 1984, Paul Biya décore les soldats à titre posthume. Crédit image: Ulrich Tadajeu prise dans Cameroon Tribune.

Académiquement, je suis étudiant en Histoire. Ma formation m’amène à visiter les archives. Vous savez ces lieux où est conservée la mémoire écrite d’un peuple. Alors, de ce côté, j’ai trouvé pas mal de choses intéressantes  sur l’histoire récente du Cameroun. Pas qu’il n’y a rien sur l’histoire ancienne. Sauf que je n’en avais pas besoin. En consultant ces archives, j’ai constaté qu’il y’a beaucoup de choses que Paul Biya faisait et qu’il ne fait plus. Je ne sais pas pourquoi.

Tenez par exemple,  les hommages aux soldats tombés sur le champ de guerre. Au lendemain du coup d’état manqué du 06 Avril 1984, le chef de l’Etat Paul Biya s’est rendu à la cérémonie d’hommages à ces soldats. Pendant ce temps, son épouse de l’époque, Jeanne Irène Biya se rendait à l’hôpital pour réconforter les camerounais qui se sont blessés lors de cette épreuve. Aujourd’hui, chose impossible. L’actualité récente nous le prouve. Le 27 Août, le chef de l’Etat n’a pas assisté à la cérémonie d’hommages rendus aux militaires morts au front dans les combats contre Boko Haram à l’extrême-Nord du Cameroun. Il s’agissait de 26 soldats tombés alors qu’ils défendaient le territoire Camerounais. Mais, à la différence du passé, Popaul comme je l’appelle souvent n’est pas parti.

Avant Paul Biya accordait des entretiens aux journalistes camerounais de la presse camerounaise. Même s’il s’agissait des journalistes de la télévision publique nationale (CRTV), il s’agit d’un entretien. Ce que le président camerounais n’a plus fait depuis bien longtemps. Il s’agit désormais de brèves interviews soit à l’aéroport lorsqu’il va en Europe ou alors à la sortie du bureau de vote. Le reste, ce sont des monologues. Il parle à lui même. Le jeudi, 11 Avril 1991, Paul Biya a accordé un entretien à Eric Chinje alors journaliste à la Cameroon Radio Television (CRTV) . Paul Biya s’est entretenu avec le journaliste pendant plus d’une heure selon le Cameroon tribune du 12 Avril 1991. Au cours de ces plus d’une heure, le journaliste et le chef de l’Etat ont abordé toutes les questions chaudes de l’heure. Il faut rappeler que le contexte était marqué par les manifestations à l’Université, la crise économique. Quelques mois plus tard, c’est un autre journaliste de la CRTV télé qui aura un entretien avec Paul Biya. Il s’agit de Charles Ndongo. En effet, le vendredi 07 Février 1992, le chef de l’Etat a accordé un entretien à Charles Ndongo dans le cadre des préparatifs des élections législatives de Mars 1992. Avec Charles Ndongo également, la discussion était longue. Depuis plus de 10, Paul Biya ne l’a plus jamais fait.

Paul Biya et Eric Chinje, le 11 Avril 1991. Crédit image: capture faite sur le Cameroon tribune n°4866 du 12 Avril 1991, P 11.
Paul Biya et Eric Chinje, le 11 Avril 1991. Crédit image: capture faite sur le Cameroon tribune n°4866 du 12 Avril 1991, P 11.

Toutes ces choses, notre papi national bien aimé le faisait. Il le faisait en 1984, en 1991. Ceci concerne ce que nous connaissons. C’est sûr qu’il y’a eu davantage. il ne le fait plus. Ne peut-il plus ? Ne veut-il pas (plus) ? La vie des Camerounais n’a-t-elle pas (plus) de signification pour lui et son régime ? Pourquoi ses habitudes ont-ils tant changé ?  Je n’en sais rien.

The following two tabs change content below.
Ulrich Tadajeu
Ulrich Tadajeu Kenfack prépare une thèse de Doctorat en Histoire Politique à l'Université de Dschang, au Cameroun. Ses domaines de recherche portent sur les comportements politiques, les luttes nationalistes, la reconstruction politique après les épreuves de terreur, la communication politique et le web 2.0. Il est également Community Manager dans une institution universitaire d'enseignement et de recherche.

1 thought on “Ces choses que paul Biya ne fait plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *