Grand Bassam 1949 : les femmes ont marché pour la libération des hommes

Grand Bassam 1949 : les femmes ont marché pour la libération des hommes

Monument des femmes battantes de Grand Bassam. Crédit image: Ulrich Tadajeu
Monument des femmes battantes de Grand Bassam. Crédit image: Ulrich Tadajeu

La commune de Grand-Bassam, située à 40 km à l’est d’Abidjan, me berce depuis six jours. C’est la formation Mondoblog qui m’y amène. Avant d’arriver, je me suis renseigné sur la spécificité de cette ville. C’est une ville historique. Sa proximité avec l’océan Atlantique, mais surtout son importance historique lui ont permis d’abriter un important patrimoine culturel et artistique. J’ai fait un petit tour dans la ville pour découvrir ce patrimoine. A ma grande surprise, ce que j’étais curieux de voir a connu quelques modifications. J’ai été marqué par la place centrale « place de la paix » où les femmes ont joué un rôle important dans l’histoire de la ville.

Un monument est dédié à la marche des femmes du 24 décembre 1949. A la suite de l’incarcération de leurs époux la même année, elles décidèrent de marcher sur Grand Bassam pour obtenir leur libération et pour se soulever contre le colonialisme. Le 24 décembre 1949, elles se sont dirigées sur Grand Bassam en empruntant l’actuel pont de la victoire. Elles avaient pour objectif de rallier la prison civile située à quelques mètres à l’est de ce pont. Malheureusement, elles ont été arrêtées par les autorités coloniales, puis brutalisées avant d’être tuées. Leurs époux n’ont pas été libérés, certes, mais le courage de ces femmes est à saluer. En mémoire de cet événement tragique, le pont de la victoire a été construit pour saluer leur soulèvement.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Pont de la victoire sur lequel ont marché, les femmes battantes en 1949 pour demander la libération de leurs époux. Crédit image: Ulrich Tadajeu
Plaque indiquant la présence du pont de la victoire. Crédit image: Ulrich Tadajeu
Plaque indiquant la présence du pont de la victoire. Crédit image: Ulrich Tadajeu

A la différence de ce que l’on pense souvent, les femmes ont joué un rôle important dans le processus de libération des peuples africains. Ces actions que nous avons découvertes ici à Grand Bassam ne sont pas éloignées de celles des femmes militantes de l’Union des populations du Cameroun (UPC) au Cameroun.

Certes la femme ne sera jamais l’homme, l’homme ne sera jamais la femme. Mais pour participer de manière efficiente et efficace à l’évolution des sociétés africaines actuelles, les femmes africaines doivent s’inspirer de ces modèles.

A bientôt, depuis Abidjan!

Partagez

Commentaires

RitaFlower
Répondre

Merçi pour ce Rappel Historique cher Ulrich et surtout ce Vibrant Hommage à la Marche des Femmes de Grand Bassam.A la prochaine,le Camers depuis Babi!

Yves Tchakounte
Répondre

Merci pour ce rappel historique. ça fait plaisir de connaitre son histoire.

Ulrich Tadajeu
Répondre

Merci pour vos passages respectifs

Stéphane Huët
Répondre

Merci pour cette information. J'ai lu "Pont de la Victoire" plusieurs fois sans même me poser la question de quelle victoire il s'agissait. Sais-tu pourquoi les époux avaient été emprisonnés ?

Ladji Sirabada
Répondre

Beau rappel historique

niamkey essy
Répondre

belle histoire

barnabebambara
Répondre

merçi pour l'Histoire

La Didounette
Répondre

J'adore votre article, je suis également blogueuse (ladidounette.wordpress.com) et vous retrouverez un lien vers votre article (si vous le permettez) sur l'un de mes articles concernant la ville de Bassam.

Adjon Guy Ghislain DANHO
Répondre

La marche des femmes de grand-Bassam est sans doute le point de naissance de la nation ivoirienne en tant que projet collectif porté par un idéal démocratique.

Coulibaly Mohamed Lamine
Répondre

Merci pour ce rappel qui démontre que le féminisme en tant qu'action menée par la femme n'est pas l'apanage des occidentaux. Oui, elles ont risqué dans le cas présent leur vie pour la libération de leur mari. Toujours est-il que leur geste prouve à suffisance que la résilience de la femme ne date pas d'hier et n'est pas propre à une culture en particulier.

Au regard de la pertinence de votre publication avec un article que j'ai rédigé sur le 8 mars, j'ai pris la peine d'inclure dans ledit article un lien vers le vôtre: https://hakilikan.wordpress.com/2019/03/09/8-mars-ques-tu/

A cet effet, je vous remercie encore!