Cameroun: en route pour l’émergence sans volonté d’émerger?

Depuis plus de quatre années que le document « Vision Cameroun émergent à l’horizon 2035 » a été adopté par les gouvernants du pays, le mot « émergence » est devenu un mot passe-partout qui sert à justifier tout, erreurs, mensonges, laxismes…Il est aussi présent dans les discours des jeunes, des hommes de la rue. Bref, il est devenu une banalité populaire, un échappatoire quand des difficultés se posent.

Crédit image: http://tchadinfos.com
Crédit image: http://tchadinfos.com

Le document en lui même de 76 pages rédigé par le Ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (MINEPAT) vise à faire du Cameroun un  «UN PAYS EMERGENT, DEMOCRATIQUE ET UNI DANS SA DIVERSITE» à l’horizon 2035.  Si l’objectif global est de faire du Cameroun, un pays émergent, des objectifs intermédiaires sont clairement présentés.  Il est question de réduire  la pauvreté ;  atteindre le stade de pays à revenus intermédiaires et ensuite le  stade de Nouveau Pays Industrialisé et enfin la consolidation du processus démocratique et de l’unité nationale dans le respect de la diversité qui caractérise le pays. C’est ce projet davantage détaillé qui se retrouve dans ce document. Il comprend une première étape qui va de 2010 à 2020 présenté dans le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE).

Depuis que ce document existe, les enfants, les jeunes, les vieux; les femmes, les hommes; les élèves, les étudiants, les benskinneurs, les débrouillards, les fonctionnaires… ont fait de ce mot un mot passe-partout, une sorte de carte d’identité du Camerounais. Il ne se passe plus un jour sans que vous n’entendez quelqu’un vous dire « nous serons émergent en 2035 », « Paul Biya a fixé le cap pour l’émergence en 2035 », on le suit. Tous les thèmes des différentes manifestations culturelles ou scientifiques sont désormais faciles à trouver. Pour les jeunes ressortissants de Foto (un groupement situé à Dschang), ils n’ont qu’à à avoir pour thème « Jeunes Foto et émergence du Cameroun ». Pour les étudiants de la Filière Sciences Biomédicales, ils disent juste « Sciences Biomédicales et émergence du Cameroun. » Bref, le terme Émergence est devenu la solution à tous les problèmes, une sorte d’échappatoire pour qui se trouve dans les difficultés. En fin de compte, ça joue les jeux du régime en place qui est fier de savoir que la population utilise ce concept même si elle ne sait pas toujours à quoi ça renvoie; même si elle n’est pas au courant de la philosophie qui la sous-tend. Pour un régime qui a tant besoin d’être aimé comme le nôtre, ce n’est qu’une bonne nouvelle.  Pour les populations et les jeunes, le mot « émergence » est une sorte de mot clé qui ouvre les portes à tout, qui flatte les potentiels bailleurs de fonds dans le cadre des événements organisés. Dans l’imaginaire des uns et des autres, les gouvernants ont l’impression que le message politique passe, les populations sentent qu’utiliser ce terme à tous les coups peut leur attirer des financements possibles.

De l’autre côté, l’inflation de ce concept sur la scène publique Camerounaise est aussi l’excuse au laxisme et à l’inertie chère à l’élite gouvernante. Toutes les raisons avancées désormais pas ceux qui gouvernent les Camerounais sont « nous sommes en route vers l’émergence », « Rendez-vous en 2035 », « les choses avancent progressivement », « en 2035, le Cameroun sera émergent »… Certaines personnes ont fini par croire que 2035 n’arriverait jamais ou que les Camerounais vont se coucher et se réveiller en 2035, les choses auront changé. Peut-être que ceux qui nous gouvernent chantent cette date parce qu’ils ont de faibles chances d’être encore des nôtres à cette date vu qu’ils ont tous dépassé 70 ans?  Puisque partout, c’est ce concept qui est à la mode, sans réflexion, sans volonté de travail, on se demande bien s’il suffit seulement de laver le cerveau des Camerounais avec le terme émergence pour que la « Vision Cameroun Émergent à l’horizon 2035 » soit une réalité? N’est-il pas question d’éduquer les Camerounais à cette philosophie, à cette vision si ceux qui sont au pouvoir veulent effectivement qu’elle prospère? Comment comprendre que des Camerounais chantent les louanges d’une vision politique qu’ils ne connaissent pas?

5 ans après la rédaction de la Vision Cameroun émergent à l’horizon 2035, 4 ans après celui du Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE), malgré l’omniprésence et l’inflation du termes Émergence sur la scène publique et dans les discours politiques, les résultats restent peu reluisants. Parce que les dirigeants sont plus préoccupés par la figuration, le contenant et non le contenu. Ce qui les intéresse, ce n’est pas tant que les conditions de vie des populations s’améliorent, ce n’est pas l’émergence au sens réel du terme des Camerounais mais que les pays étrangers aient l’impression que ces derniers vivent dans la paix, la prospérité et l’unité.  L’émergence en soi, à partir du document cité plus haut, se présentait comme un projet de vie ambitieux, optimiste et intéressant pour les Camerounais. Son malheur a été de voir le jour au Cameroun. Les dirigeants comme ils le font depuis plus de 30 ans ont davantage mis en avant le contenant, le folklore politique qui l’entoure au détriment du projet en lui même, de la philosophie qui est à la base.  Conclusion: nous sommes en route pour l’émergence sans volonté d’émerger.

The following two tabs change content below.
Ulrich Tadajeu
Ulrich Tadajeu Kenfack prépare une thèse de Doctorat en Histoire Politique à l'Université de Dschang, au Cameroun. Ses domaines de recherche portent sur les comportements politiques, les luttes nationalistes, la reconstruction politique après les épreuves de terreur, la communication politique et le web 2.0. Il est également Community Manager dans une institution universitaire d'enseignement et de recherche.

2 thoughts on “Cameroun: en route pour l’émergence sans volonté d’émerger?

  1. Cette article est un vrai torchon. Vous ne démontrez rien du tout à par dire des inepties tel que  » les dirigeants ont davantage mis en avant le contenant » ou « les dirigeants sont plus préoccupés par la figuration ». On veut des chiffres, des données statistique qui prouve l’incapacité de la politique economique actuelle et non des phrases que n’importe quelle cancre peut sortir. À ce que je sache le taux de croissance du Cameroun est de 5% actuellement . Sachant que des réformes ont été mis en place pour réduire le déficits énergique (barrages hydroelectrique , central etc…) l’IDE dans ce pays va exploser au cours des prochains années et la croissance tournera sûrement autour des 8% voir dépassera les 10%. Le Cameroun est le seul pays de la sous région à avoir une economie diversifier ne dépendant pas entièrement de la production pétrolière . Ainsi ses perspectives economique sont plus rassurante et plus solide que grand nombre de pays africains.

  2. Merci mon cher « PDF » d’avoir consacré quelques minutes de ton précieux temps pour lire ce « torchon ». J’ai pris en compte tes observations. Cependant, j’aimerais que tu aies à l’esprit la philosophie globale de l’article qui est de montrer que l’émergence a été plus un slogan répété et utilisé pour obtenir des faveurs qu’un programme intériorisé par ceux qui font la vie au quotidien, les populations. J’espère vous relire prochainement. Bien de choses à vous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *