Abdoul Aziz Ciss, « L’Afrique doit avoir ses propres réseaux sociaux »

Abdoul-Aziz-Ciss. Crédit image: Ulrich Tadajeu
Abdoul-Aziz-Ciss. Crédit image: Ulrich Tadajeu

Abdoul Aziz Ciss, Docteur en Cryptographie et expert en informatique, enseignant-assistant à l’Ecole Polytechnique de Thiès au Sénégal, il y dispense les cours de cryptographie, de Sécurité informatique et de génie logiciel. Il a participé au CRAG4. Il a notamment dispensé un cours qui portait sur la cryptographie. Dans cet entretien qu’il nous a accordé, il propose des solutions aux internautes africains pour sortir des mailles de l’insécurité informatique.

Qu’est-ce que la Cryptographie ?

C’est la branche des mathématiques qui permet de sécuriser tout ce qui est communication. Ça peut être une communication entre deux personnes ou entre deux équipements informatiques (ordinateurs, ordinateur portables).

En quoi consiste cette sécurisation de la communication ?           

Elle consiste en la garantie de la confidentialité des données qui sont échangées. Seules celles qui ont droit à ces données peuvent y accéder. Ensuite, ça permet d’authentifier les parties qui communiquent. Avant chaque communication, il faudra s’assurer que l’une ou l’autre partie est effectivement celle qu’elle prétend être. Elle permet de garantir l’intégrité des données. Il s’agit de s’assurer que les données qui transitent ou qui sont stockées ne sont pas modifiées de façon intentionnelle  ou non par une tierce personne. Enfin, la Cryptographie permet de garantir la non répudiation. Lorsque je participe à une communication, je ne pourrai pas renier cette participation ultérieurement.

Un mot sur la sécurité informatique à l’échelle mondiale.

La NSA (Agence Nationale de sécurité américaine) contrôle tout ce qui est données actuellement sur la planète. Rien ne les échappe. Les Américains nous proposent tout le temps des solutions de sécurité informatique. Normalement ce sont des solutions qui sont réputées être efficaces et sûres. Mais dedans, ils introduisent des « outils » qui leurs permettront de retrouver les informations qui les intéressent. Ce qui leurs permet d’écouter toutes les communications, même le dernier S.M.S qu’on m’a envoyé est stocké quelque part aux Etats-Unis. Ce n’est pas normal.

Qu’est-ce que vous proposez aux internautes Africains?

L’Afrique est un grand continent avec plus d’un milliard d’habitants. C’est l’heure d’avoir nos propres réseaux sociaux comme en Chine, d’avoir nos propres systèmes cryptographiques, nos propres autorités de certification, nos propres « PKI ». Nous n’avons plus « besoin » des outils de certification américains. Avec les résultats de la recherche qu’on obtiendra, on pourra implémenter nos propres systèmes de sécurité informatique. On sera protégé et ça ne pourra pas nous empêcher de communiquer avec le reste du monde. Si quelqu’un veut communiquer avec l’Afrique, il n’a qu’à proposer un protocole qui respecte nos standards.

Merci pour votre disponibilité

 

The following two tabs change content below.
Ulrich Tadajeu
Ulrich Tadajeu Kenfack prépare une thèse de Doctorat en Histoire Politique à l'Université de Dschang, au Cameroun. Ses domaines de recherche portent sur les comportements politiques, les luttes nationalistes, la reconstruction politique après les épreuves de terreur, la communication politique et le web 2.0. Il est également Community Manager dans une institution universitaire d'enseignement et de recherche.

5 thoughts on “Abdoul Aziz Ciss, « L’Afrique doit avoir ses propres réseaux sociaux »

  1. Bonne intervention Monsieur CISS, je partage le même avis que vous sur le fait que l’Afrique devrait devrait avoir ses propres solutions de sécurisation des données échangées.

  2. Cette vision ne doit plus être un rêve mais une réalité. Des ressources Humaines capables de relever ce défi existe bien sur en Afrique.
    Ces idées émises par M.CISS doivent être une source de motivation.Une nouvelle Afrique c’est possible!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *