Développer un rapport à l’humain pour s’imposer sur la blogosphère

Mondoblog-par-RFI-300x131

Ce billet est un souhait de bienvenue aux nouveaux mondoblogueurs et plus largement à ceux qui se lancent dans le blogging ou le web activisme. Je me sers d’une discussion que nous avons eue dans le cadre de la formation Social Media For Change Cameroon (sm4c) avec trois influenceurs Camerounais sur les réseaux sociaux pour passer le message.

J’ai assisté vendredi 19 Septembre à la journée de formation offerte par le Social Media 4 Change Cameroon (un concept qui se propose d’impulser le changement au Cameroun à travers les médias sociaux). C’était impressionnant. Avant que de parler de la formation en elle-même dans un  billet à venir, je reviens dans ce billet sur mes impressions. Bien que là encore, il s’agit non pas des impressions globales mais celles relatives au troisième axe de la formation intitulé : we share.

De gauche à droite: Murielle Wonja, Florian Ngimbis et Chouchou Mpacko. ¨Photo: Ulrich Tadajeu.
De gauche à droite: Murielle Wonja, Florian Ngimbis et Chouchou Mpacko. ¨Photo: Ulrich Tadajeu.

Au cours de cet axe, trois influenceurs Camerounais sur les réseaux sociaux ont partagé avec nous leurs expériences respectives. Florian Ngimbis, le kongosseur, Chouchou Mpacko, la reine de la #Team237 sur twitter et Murielle Wonja, la fille qui aime dire ce qu’elle pense. C’est vrai qu’eux-mêmes ont dit qu’ils ne sont pas des « messagers » ou des « modèles » si on le veut mais en posant les actions comme ils le font à travers le web, la société fait d’eux des leaders d’opinions. Trois choses m’ont impressionné dans ce qu’ils ont dit : premièrement, développer un rapport à l’humain. Il s’agit précisément de faire en sorte que tout le monde se reconnaisse dans ce que vous écrivez. Du côté de Chouchou Mpacko, ce rapport à l’humain s’exprime par la prise au sérieux de ce qu’elle fait ainsi que la vérification des informations qu’elle met en ligne. Ces tweets doivent refléter la réalité. Aussi répond-elle à toutes les mentions qui lui sont faites. Le blogueur, peu importe son style, sa qualité ou sa spécialité doit pouvoir de l’avis de ces influenceurs développer ce rapport à l’humain.

Deuxièmement, avoir une identité propre. Il s’agit pour le blogueur ou le tweeteur de pouvoir se trouver un style d’écriture, rechercher des arguments et des astuces pour améliorer ce style. Egalement, le blogueur doit pouvoir dire les choses telles qu’il les pense pourvu qu’il ait les arguments qui lui permettent de défendre ses idées. D’ailleurs, Murielle nous a fait savoir qu’elle « écrit comme elle pense car c’est ça qui intéresse les gens. »

Enfin, le rapport à l’argent. Nombreux sont ceux qui se lancent dans cette activité en attendant dans les deux mois qui suivent des retombées financières. Mais les échanges avec ces trois jeunes Camerounais nous ont permis de comprendre que ce n’est pas la priorité. Ils ne bloguent pas prioritairement pour l’argent ou de quelconques prébendes. Mais pour partager leur vision des choses en développant des arguments pertinents même si on peut ne pas les partager. Ils n’ont pas dit qu’on ne peut pas gagner de l’argent avec le blogging. Ils ont été clairs sur le fait qu’en ce qui les concerne, gagner l’argent n’est pas la priorité.

Il ne s’agit aucunement de formules toutes faites comme on le voit un peu partout à plaquer directement mais plutôt d’astuces acquises et développées au fils du temps. Elles sont, de l’avis de nos influenceurs, la fondation même de l’activité de blogueur ou de web activist. C’est vrai après il y’a le contenu, les techniques d’écriture, le référencement, la visibilité mais tout ceci ne servirait à rien si les valeurs présentées plus haut ne sont pas partagées et mises en pratique.

Alors, mes chers nouveaux mondoblogueurs, soyez les bienvenues! Développez un rapport à l’humain, ayez une identité et ne faites pas de l’argent votre priorité dans cette activité.

Pour avoir les différentes présentations faites lors de cet atelier, cliquez ici

The following two tabs change content below.
Ulrich Tadajeu
Ulrich Tadajeu Kenfack prépare une thèse de Doctorat en Histoire Politique à l'Université de Dschang, au Cameroun. Ses domaines de recherche portent sur les comportements politiques, les luttes nationalistes, la reconstruction politique après les épreuves de terreur, la communication politique et le web 2.0. Il est également Community Manager dans une institution universitaire d'enseignement et de recherche.

2 thoughts on “Développer un rapport à l’humain pour s’imposer sur la blogosphère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *