Sur les traces de Ruben Um Nyobè

La tombe de Ruben Um Nyobe. Image: Ulrich Tadajeu
La tombe de Ruben Um Nyobe. Image: Ulrich Tadajeu

Une semaine après l’excursion à Akometan, je suis allé sur les traces de Ruben Um Nyobe, pionnier de l’indépendance et de la Réunification du Cameroun. C’était hier, le 12 Octobre 2014. Avec les blogueurs camerounais et autres web activists dans le cadre d’une excursion organisée par Florian Ngimbis, nous avons visité le cimétière où se trouve la tombe du « Mpodol » comme on l’appelait. C’est-à-dire celui qui parle pour les autres. Car, le 17 décembre 1952, Um Nyobe est allé à la tribune des nations unies pour parler pour les autres, pour parler des souffrances des Camerounais. Je suis donc allé sur ce lieu rempli d’émotions et de souvenir. Souvenir d’une souffrance, souvenir des souffrances de Camerounais qui ont eu une vision pour ce pays, ces Camerounais qui étaient prêts à tout donner pour la libération des autres.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Nous y sommes allés pour retourner aux sources non pas lointaines mais récentes de ce que nous sommes. Parce que, quoiqu’en disent les dirigeants postcoloniaux, ce sont eux qui ont posé les fondations de la nation camerounaise. Partir sur les traces de Ruben était un acte de reconnaissance personnelle mais aussi d’engagement personnel pour ne pas éteindre la flamme qu’il a allumée. Peut-être que les moyens ne seront pas les mêmes parce que les contextes ont changé. Mais la liberté pour laquelle il se battait n’est pas toujours une réalité. Lorsque je parle de liberté, certains verront directement les relations France-Afrique. Non, même le frère restreint désormais la liberté pour son frère. C’est de ça qu’il s’agit. Des jeunes de l’Association pour la Défense des Droits des Etudiants (ADDEC) sont actuellement brutalisés dans leurs universités et dans une commissariat du Cameroun parce qu’ils ont défendu leurs droits ainsi que ceux des autres étudiants. Ils ont parlé pour les autres dans un état où l’auto-censure empêche les gens de s’exprimer librement. Est-ce pour cette liberté à géométrie variable que s’est battue Um Nyobe? Non, ça ne l’est pas. En refusant de parler de lui, en restreignant les libertés, le régime camerounais continue d’assassiner ce parent mort pour la liberté du Cameroun.

La brousse dans laquelle se trouve la tombe de Um Nyobe. Image: Ulrich Tadajeu.
La brousse dans laquelle se trouve la tombe de Um Nyobe. Image: Ulrich Tadajeu.

A Eseka, nous avons vu où est enterré Ruben Um Nyobe. Nous avons vu la brousse dans laquelle se trouve sa tombe qui, ailleurs, serait un monument ou un musée. Mais non, c’est une brousse, une tombe qui passe inaperçue. Mais, l’action des blogueurs et web activistes camerounais est pleine d’espoir . Elle montre que les jeunes sont prêts à connaitre leurs sources, leurs origines sans l’autorisation de qui que soit. Elle montre qu’on peut utiliser les réseaux sociaux pour poser des actions de changement. Elle montre que Ruben Um Nyobe est là. Il est présent. Il n’a pas besoin que naissent d’autres Um Nyobe mais plutôt d’autres Camerounais animés par un désir: contribuer au progrès de la communauté chacun à partir de son domaine de spécialisation. Que ce soit l’étudiant, l’ouvrier, le balayeur de rue, l’ingénieur, l’enseignant…, ton action doit avoir cette finalité. Je dois tout de même reconnaître que les jeunes de notre temps ont une chance: les réseaux sociaux. Faisons bon usage et profitons-en!

NB: #RememberUmNyobe sur twitter pour toutes les infos et images à propos de cette excursion.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Avec maman Marthe, la femme de Um Nyobe.
SAMSUNG CAMERA PICTURES
Derrière la tombe de Um Nyobe.
The following two tabs change content below.
Ulrich Tadajeu
Ulrich Tadajeu Kenfack prépare une thèse de Doctorat en Histoire Politique à l'Université de Dschang, au Cameroun. Ses domaines de recherche portent sur les comportements politiques, les luttes nationalistes, la reconstruction politique après les épreuves de terreur, la communication politique et le web 2.0. Il est également Community Manager dans une institution universitaire d'enseignement et de recherche.

4 thoughts on “Sur les traces de Ruben Um Nyobè

  1. Bien dit Ulrich !
    Chacun doit contribuer dans son domaine d’expertise à faire avancer le pays. L’excellence, le mérite, la dignité, la probité, l’intégrité et surtout l’esprit de partage.
    Les réseaux sociaux doivent agir comme un catalyseur qui va permettre une synergie et une concrétisation de nos énergies.
    Du courage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *