Pourquoi des blogueurs en temps de barbarie ?

Le logo de la campagne.
Le logo de la campagne.

Depuis hier, 19 janvier 2015, la blogosphère camerounaise est en campagne de sensibilisation via les médias sociaux contre le terrorisme qui fait des ravages au pays  en particulier et dans le monde en général.

Représenté dans la partie septentrionale du Cameroun par la nébuleuse Boko Haram, il ne cesse de faire des ravages à travers des exactions, des destructions, de tueries et des otages. Ils nous replongent dans ce que l’homme a de plus bestial : donner la mort à son semblable. Dans ce contexte, la mobilisation des blogueurs et autres web activistes camerounais n’est que la bienvenue dans un contexte où seuls ceux qui communiquent sur leurs émotions peuvent rassembler un maximum de personnes autour de la cause qu’ils défendent.

J’épouse totalement cette initiative parce qu’au-delà et avant tout, il y a l’humain. Cette condition qui fait de nous des semblables bien qu’étant loin les uns des autres. Et en toutes choses, c’est l’humain qui doit être au centre des préoccupations. Il faut dire stop à Boko Haram pour que vive l’humain, pour que ce que nous avons de bien, de grand et de créatif puisse vivre et s’épanouir partout où nous nous trouvons.

 J’ai commencé à bloguer il y a quelques années pour « crier et forcer le monde à venir au monde » pour reprendre les mots de Sony Labou Tansi. Mais avec de tels désastres de notre espèce sur notre propre espèce, avec une pareille terreur qui décime des vies, terrorise des familles, on peut bien se demander avec Hölderlin « pourquoi des poètes en temps de détresse ? » Autrement dit, « pourquoi des blogueurs en temps de barbarie ? »  Des blogueurs en temps de barbarie pour annoncer un message d’amour et de paix, un message de fraternité et d’humanité. C’est ce message que je passe aujourd’hui à travers mon blog. Que l’humain vive, que la paix et la fraternité soient nos valeurs pour que cesse Boko Haram et vive l’humain.

Car si Boko Haram vit, ce sont nos activités qui vont disparaître, c’est notre liberté qui ne sera plus qu’un vain mot. Plus de bière, plus de boîte de nuit pour les amateurs de ces plaisirs. Plus de bibliothèque, plus d’archives, plus de lectures, plus de conférences, de séminaires et de colloques pour les amateurs de sciences. Les lieux de conservation du patrimoine seront fermés lorsqu’ils n’auront pas été simplement détruits. Bref, nous retournerons à des années en arrière sacrifiant au passage certains acquis incontestables. Je dis non à Boko Haram parce qu’avec Boko Haram, l’humain disparaît. Il laisse la place à l’animal. Et la liberté chérie fout le camp.

Alors, unissons-nous aux blogueurs et à tous les Camerounais pour dire non à cette nébuleuse. Unissons-nous à ces Camerounais pour chanter l’hymne de l’humanité. Unissons-nous pour que la terreur cesse et que le monde redevienne un espace humain. Rassemblons-nous pour que le monde revienne au monde et que la barbarie retourne à son domicile : hors de ce monde.

Comment le faire ?

En utilisant le hashtag #stopbokoharam sur twitter, facebook, instagram, google+… pour participer à la sensibilisation, mais aussi pour suivre le déroulement des activités concernant cette campagne.

En utilisant le logo qui se trouve dans ce billet comme photo de profil sur vos différents réseaux sociaux.

En chantant l’hymne de la paix, la fraternité, la liberté et la tolérance dans les espaces qu’on fréquente au quotidien.

#stopBokoHaram

The following two tabs change content below.
Ulrich Tadajeu
Ulrich Tadajeu Kenfack prépare une thèse de Doctorat en Histoire Politique à l'Université de Dschang, au Cameroun. Ses domaines de recherche portent sur les comportements politiques, les luttes nationalistes, la reconstruction politique après les épreuves de terreur, la communication politique et le web 2.0. Il est également Community Manager dans une institution universitaire d'enseignement et de recherche.

6 thoughts on “Pourquoi des blogueurs en temps de barbarie ?

  1. Je ne sais pas si les blogueurs ont le pouvoir de faire avancer les choses… il suffit quand même d’un ordre d’un gouvernement pour qu’internet soit coupé…

    Et comme je l’ai dit dans le blog de Klein, peut-on dialoguer avec des barbares? Le message de Paix, c’est bien eux qui ont besoin de l’entendre…

  2. Dialoguer avec les barbares? Sont-ils nés barbares? S’ils ne sont pas nés barbares, je pense qu’on peut dialoguer avec eux. Au sujet du pouvoir des blogueurs, c’est vrai que le gouvernement peut faire tout et n’importe quoi mais en même temps, doit-on cesser d’agir à notre façon parce qu’on a un gouvernement qui peut faire tout et n’importe quoi?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *